ONU Femmes fête ses 10 ans, plaçant les droits, les priorités et les voix des femmes au centre de la scène

Déclaration de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Directrice exécutive d’ONU Femmes

ONU Femmes a 10 ans aujourd’hui. Le 2 juillet 2010, l’Assemblée générale a adopté une résolution historique visant à fusionner quatre parties du système des Nations Unies en l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes – connue sous le nom d’ONU Femmes.

Une décennie plus tard, alors que nous célébrons cet anniversaire au milieu de la pandémie de COVID-19, les droits humains des femmes et des filles ont plus d’importance, d’universalité et d’urgence que jamais. Nos alliés fondateurs – les États membres, la société civile et les mouvements de femmes – sont désormais rejoints par des partenariats et des relations dans toute la société, à travers les tranches d’âge, à travers le monde.

Depuis 2010, le personnel d’ONU Femmes, présent dans quelque 90 pays, a exécuté des programmes dont la taille a presque quadruplé, et qui ont apporté des changements à des milliards de personnes qui en ont le plus besoin.

Qu’il s’agisse de filles qui apprennent le codage, de femmes agricultrices utilisant de nouveaux stocks de semences résistantes au climat, de propriétaires de petites entreprises accédant à des chaînes de valeur à grande échelle, de femmes candidates formées pour se présenter avec succès à des fonctions, de lois discriminatoires abolies, de femmes négociatrices apportant un compromis constructif essentiel aux tables de paix, ou la fourniture de soins psychosociaux aux femmes victimes de violence; des millions de femmes ont acquis de nouvelles compétences, ont été soutenues par l’adversité et ont gagné en force et en courage grâce à l’apprentissage de leurs droits humains. Notre travail pour soutenir la réforme des lois discriminatoires en 2019 seulement a affecté la vie de plus d’un milliard de femmes.

Ensemble, nous avons travaillé pour placer les droits, les priorités et les voix des femmes sur les agendas mondiaux critiques, de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable à Rio en 2012, au reflet des luttes des femmes migrantes dans le Pacte mondial pour les migrations, à placer les femmes au premier plan en 2030 Agenda pour le développement durable, dans lequel l’objectif 5 sur la réalisation de l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles est un objectif autonome et sous-tend les 17 objectifs. La Commission annuelle des Nations Unies sur la condition de la femme, qui façonne les normes et standards mondiaux, a mis en évidence des problèmes cruciaux comme la fin de la violence contre les femmes. Aujourd’hui, 155 pays ont mis en place des lois qui criminalisent la violence domestique qui affecte une femme sur trois au cours de sa vie.

Nous remercions tous ceux qui ont fait ce voyage avec nous; toutes celles qui ont précédé dans les mouvements de femmes sur les épaules desquels nous nous tenons et qui ont implacablement réclamé que l’égalité des sexes ait la place qui lui revient et qu’ONU Femmes soit créée. Nous remercions tous ceux qui nous soutiennent avec des ressources de toutes sortes, qui travaillent avec nous, marchent avec nous, parlent et tweetent avec nous.

Au tournant de cette décennie, et alors que nous envisageons l’égalité des générations et un avenir aux défis multiples, nous sommes convaincus que nous ne le ferons pas seuls. Nous savons que changer le monde prendra le monde.