Où je me tiens : « La paix ne signifie pas l’absence de conflit armé »

Cherisse Francis dit qu’elle est féministe car elle croît en l’égalité des sexes, et est convaincue que pour véritablement connaître la paix, les femmes et les filles doivent être égales aux hommes et aux garçons.
Cherisse Francis se dit féministe parce qu’elle croit en l’égalité des sexes et estime que pour vivre réellement la paix, les femmes et les filles doivent être sur un pied d’égalité avec les hommes et les garçons.

À la Barbade, d’où je viens, et à Trinité-et-Tobago, où je vis maintenant, les jeunes femmes commencent leur vie comme étant inégales [pour les garçons et les hommes]. On nous apprend à rester silencieux et soumis; nos lois ne nous protègent pas contre toutes les formes de violence.

Dans les ménages moins favorisés, quand une fille atteint l’âge de 16 ans, ou juste après la puberté, elle est souvent obligée par sa mère de contribuer aux factures, soit en travaillant, soit en trouvant un homme disposé à subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille.

Dans les Caraïbes, en tant que femmes, nous ne vivons pas la paix. La paix n’est pas simplement l’absence de conflit armé. Pour moi, la paix signifie ne pas avoir à craindre le harcèlement de la rue pour choisir quoi porter. Ou pour une femme d’être traitée sur un pied d’égalité dans le domaine des affaires, où elle est valorisée pour son esprit et non forcée de rendre des faveurs sexuelles pour aller de l’avant. La paix est intrinsèquement liée au droit des femmes de contrôler leur corps, leur santé et leurs décisions.

Dans ma génération, nous voyons de plus en plus d’hommes devenir respectueux envers les femmes. Les femmes poursuivent une carrière et ne sont plus confinées à la maison. Cependant, même si nous nous rapprochons de certains niveaux d’égalité, il existe une idée fausse très répandue dans les Caraïbes selon laquelle nous passons d’un extrême à l’autre, laissant ainsi les hommes en marge.

Nous ne sommes pas encore arrivés à un endroit où les femmes sont considérées comme des égales aux hommes. En tant que femmes, nous devons faire le double du travail – nous pouvons avoir une carrière, mais nous devons également être en charge de prendre soin de la maison. Nous n’avons pas brisé le plafond de verre et les femmes sont toujours moins payées que les hommes.

Créer une culture de la paix dans les Caraïbes ne se fera pas du jour au lendemain. Nous devons inciter les jeunes hommes, ainsi que les jeunes femmes, à réaliser l’égalité des sexes et à vivre une paix réelle. ”

Cherisse Francis, 23 ans, est née à la Barbade et vit actuellement à Trinité-et-Tobago. Elle travaille à l’autonomisation des jeunes femmes et des filles dans les centres de détention en offrant un soutien et des conseils par le biais de la Hugh Woodings Law School. Francis a récemment participé à la Consultation régionale sur la jeunesse, la paix et la sécurité à Panama, organisée par ONU Femmes et ses partenaires. Son histoire témoigne de l’importance d’impliquer les jeunes dans la réalisation de l’objectif de développement durable 16, qui promeut des sociétés pacifiques et inclusives, et de l’ODD 5, qui vise à réaliser l’égalité des sexes et à autonomiser toutes les femmes et les filles.

ONU Femmes Rapport

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

I accept the Privacy Policy