La fête de l’indépendance de São Tomé et Príncipe

La fondation ARCELFA félicite le gouvernement et le peuple du São Tomé et Príncipe à l’occasion de sa 44e fête d’indépendance. Nous vous souhaitons, vous et votre pays et tous ses habitants le bonheur, le succès continu et la prospérité.

La république démocratique de São Tomé et Príncipe fête son indépendance le 2 juillet. Le pays a gagné son indépendance du Portugal ce jour-ci, en 1975. Le jour où l’on fête l’indépendance est un jour férié où la plupart des citoyens observent leur congé.

São Tomé et Príncipe est un pays insulaire situé au large de la côte ouest de l’Afrique centrale. Il comprend deux archipels situés autour des deux plus grandes îles d’où vient son nom. São Tomé et Príncipe, qui compte environ 200 000 habitants, est le deuxième plus petit état souverain d’Afrique après les Seychelles et le pays le plus petit du monde lusophone.

Les îles de São Tomé et Príncipe ne comptent aucune population autochtone ; elles n’étaient habitées jusqu’à l’arrivée des navigateurs portugais João de Santarém et Pêro Escobar à la fin du XVe siècle. On pense que São Tomé a été découvert le 21 décembre (la fête de la Saint-Thomas), 1471, et Príncipe le 17 janvier (la fête de la Saint-Antoine), 1472. L’île de Príncipe s’appelait à l’origine Santo Antão, du nom de Saint Anthony, mais elle a été renommée Ilha do Príncipe, qui signifie « île du prince », une décennie plus tard, pour rendre hommage au prince du Portugal.

Les premières implantations à réussir à São Tomé et Príncipe ont été fondées en 1493 et en 1500, respectivement. Au milieu du XVIe siècle, les îles étaient devenues un centre important pour le commerce des esclaves et l’un des exportateurs principaux de sucre de l’Afrique. Cependant, la concurrence entre les colonies productrices de sucre a finalement entraîné le déclin de la culture du sucre sur les îles. Au début du XIXe siècle, les entreprises portugaises introduisirent deux nouvelles cultures : le café et le cacao et ce dernier reste la récolte la plus importante de São Tomé et Príncipe jusqu’à ce jour.

Bien que l’esclavage dans les colonies portugaises ait été officiellement aboli en 1876, les travailleurs des plantations continuaient à être soumis à des travaux forcés payés. L’insatisfaction à l’égard de conditions de travail marquées par des troubles sporadiques s’est poursuivie pendant des décennies et ceci a abouti au massacre de Batepá, survenu le 3 février 1953. Les Forros (créoles de São Tomé) ont fait une émeute parce qu’ils pensaient que les Portugais les forceraient à travailler comme contractuels. Les troubles ont entraîné un bain de sang au cours duquel centaines forros ont été tués.

Cet événement est considéré comme le premier pas vers l’indépendance de São Tomé et Príncipe. Le Mouvement de libération de São Tomé et Príncipe (MLSTP) a été fondé en 1960 et il s’est rapidement associé à d’autres groupes de libération africains luttant contre l’empire colonial portugais. Après la révolution des œillets de 1974 au Portugal, le nouveau gouvernement portugais a accepté d’accorder l’indépendance à ses colonies d’outre-mer. Suite à une brève période de transition, São Tomé et Príncipe est officiellement devenue une nation souveraine le 12 juillet 1975, avec Manuel Pinto da Costa en tant que premier président.

Le jour de l’indépendance est le même que le jour national de São Tomé et Príncipe. Le 12 juillet, diverses festivités sont organisées. Elles comprennent, sans toutefois s’y limiter, les discours officiels, les défilés patriotiques colorées, les danses traditionnelles, les concerts en plein air, les représentations théâtrales et autres activités festives.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

I accept the Privacy Policy