Le Jour de l’indépendance de la république du Burundi

La Fondation ARCELFA tiens à féliciter le gouvernement et le peuple du Burundi à l’occasion de sa 57e indépendance. Nous vous souhaitons, à votre pays et à tous ses habitants le bonheur, le succès sans cesse et la prospérité.

Suite à la défaite de l’Allemagne pendant la Première guerre mondiale, la Belgique a pris le contrôle d’une partie de l’Afrique de l’Est, y compris la région qui est maintenant connue sous le nom de Burundi. Par voie de gouvernement indirect, la Belgique a encouragé la tribu tutsie régnante à dominer les relations dans la région, laissant peu de place aux tribus hutu. Les déséquilibres provoqués par ceci, s’ajoutant à la création de partis politiques permise par la Belgique en 1948, ont mené à un mouvement puissant d’indépendance dans le pays. Le Burundi a en fin gagné son indépendance de la Belgique en 1962 et cette indépendance est toujours fêté aujourd’hui.

Aperçu historique de la fête de l’indépendance au Burundi

Le territoire connu aujourd’hui comme le Burundi et le Rwanda a été confiéeà la Belgique par laSociété des nations en 1923. La Belgique a continué sur les traces de l’Allemagne, permettant aux structures d’autorité politiques existantes détenues par les élites minoritaires tutsi de poursuivre la gouvernance de la région.

La Belgique considérait probablement les Tutsi « d’une race supérieure étrangère », une race qui, à leur avis, devait avoir été créée en dehors de l’Afrique. Cela a privé la majorité des tribus Hutu de voix et de ressources nécessaires. Le point de vue des missionnaires catholiques sur les Tutsi en tant qu’« êtres superbes» a aggravé la situation, car le pouvoir colonial belge a utilisé l’idéologie des missionnaires pour gérer les changements politique et social.

Comme les tensions grandissaient dans la région, la Belgique autorisa la création de partis politiques après 1948 dont découlèrent deux entités politiques principales à savoir : l’Union pour le progrès national (UPRONA) et le Parti démocratique chrétien (PDC). Le prince tutsi Louis Rwagasore a dirigé l’UPRONA, tandis que le PDC était dirigé par des loyalistes belges. Lorsque ces partis politiques se sont affrontés dans les années 50, les esprits se sont réchauffés et les divisions entre les tribus tutsi et hutu se sont creusées.

Le 20 janvier 1959, le dirigeant burundais, Mwami Mwambutsa IV, adressa une demande officielle au ministre belge des Colonies dans laquelle il déclarait que la séparation du Rwanda et du Burundi et l’indépendance de la Belgique étaient des objectifs clés. Tandis que la violence s’est éclatéeplus tard cette année-là au Rwanda, le Burundi évitait en grande partie les soulèvements violents lors du mouvement pour l’indépendance. Néanmoins, les tensions politiques entre l’UPRONA et le PDC se sont accrues.

Lorsque les élections législatives ont finalement eu lieu au début du mois d’octobre de l’année1961, le prince Rwagasore et l’UPRONA ont été élus. La victoire n’a toutefois pas duré longtemps. Le 13 octobre 1961, Rwagasore a été assassiné par le grec Georges Kageorgis, payé par des colons belges qui pensaient que le pays serait mieux gérésous la domination hutue.

L’assassinat a détruittout effort mis en place pour paisiblement unir les tribus tutsi et hutu. En janvier de l’année 1962, des émeutes de Kamenge ont eu lieu lorsque des jeunes militants tutsis de l’UPRONA ont attaqué et ont tué des syndicalistes hutus. Cela a provoqué des conflits entre les hutu et les tutsi à UPRONA, affaiblissant encore davantage le contrôle de l’UPRONA.

Le 30 juin 1962, le jour avant l’accession officielle à l’indépendance de la Belgique, l’assassin de Rwagasore, Georges Kageorgis, a été exécuté. Cet acte n’a pas réellement mis fin aux conflits tutsis et hutus, même après l’octroi de l’indépendance le 1er juillet. Des décennies de luttes internes, de tentatives de coup d’état et d’assassinats ont beaucoup détruit le pays jusqu’aux os.

Les traditions, les coutumes et les activités de la fête de l’indépendance du Burundi :

L’indépendance du Burundi se fêteofficiellement le 1er juillet. Etant donné que cettejournée-là a été ensanglantée par des décennies de conflit entre les tutsi et les hutu, l’importance de l’indépendance s’est d’une manière dégradée. La création de la Journée de l’unité en 1992 a permis de rapprocher davantage les deux groupes, mais des obstacles subsistent. Bien que le pays soit reconnaissantpour son indépendance de la Belgique, la résolution du conflit tribal dans le pays se voit le plus essentiel.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

I accept the Privacy Policy