La Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle pendant la guerre : le 19 juin

Le 19 juin 2015, l’Assemblée générale des Nations unies (A / RES / 69/293) a proclamé le 19 juin de chaque année la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle pendant la guerre, afin de sensibiliser à la nécessité de mettre fin aux violences sexuelles liées à la guerre, à honorer les victimes de la violence sexuelle à travers le monde et de rendre hommage à tous ceux qui ont courageusement consacré leurs vies et ceux qui sont morts en se levant pour l’éradication de ces crimes.

La date a été choisie le 19 juin 2008 pour commémorer l’adoption de la Résolution 1820 (2008) du Conseil de sécurité des Nations unies, dans laquelle le Conseil a condamné la violence sexuelle en tant qu’arme de guerre et obstacle à la consolidation de la paix.

2019 : Dix ans du mandat :

L’année 2019 marque le dixième anniversaire de la création du mandat et du

Bureau du représentant spécial sur la violence sexuelle pendant la guerre. Au cours de la dernière décennie, il y a un changement de paradigme dans la compréhension du fléau de la violence sexuelle liée à la guerre et son impact sur la paix et la sécurité internationales, la réponse requise pour empêcher de telles crimes ainsi que les services multidimensionnels nécessaires aux survivantes.

Malgré ce changement de paradigme, il reste essentiel de reconnaître et de lutter contre l’inégalité en tant que cause principale et motivatrice de la violence sexuelle, soit en temps de guerre soit en temps de paix.

Approche axée sur la survivante :

Les effets de la violence sexuelle liée à la guerre se répercutent d’une génération à l’autre sous forme de traumatisme, de stigmatisation, de pauvreté, de santé précaire et de grossesses non désirées, et ces effets sont portés par les survivantes et leurs enfants.

Pour combattre ces effets, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la Résolution 2467 le 23 avril 2019 qui, pour la première fois, approuve une approche axée sur la survivante afin de combattre, prévenir et atténuer la violence liée à la guerre dans les situations conflictuelles et post-conflictuelles.

L’approche axée sur la survivante est multifocale, notamment la justice garantie pour les survivantes et leurs enfants et la fin de l’impunité pour les auteurs de la violence sexuelle liée à la guerre. L’approche axée sur la survivante nécessite une plus grande attention à la sécurité physique et économique des survivantes, y compris la santé mentale, physique et sexuelle.

En outre, cette approche fournit un soutien aux moyens de subsistance par des prestataires de services professionnels, en collaboration avec les organisations de la société civile sur les plans international et local.

Débat d’experts : « L’importance d’une approche axée sur la survivante »

Mercredi, le 19 juin 2019 (10h00 à 11h30)

Conseil de tutelle, le Secrétariat des Nations unies à New York :

Un événement public sera organisé le 19 juin 2019 à l’occasion de la quatrième édition de la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle pendant la guerre

Les survivantes de la violence sexuelle en situation de guerre : les femmes et leurs enfants lors de la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en situation de guerre :

Nous essayons de favoriser la solidarité avec les survivantes qui subissent les stigmatisations multiples et croisées à la suite des violences sexuelles, y compris la stigmatisation provoquée par l’association avec un groupe armé ou terroriste, et celles qui portent les enfants conçus par le viol de l’ennemi.

L’approche axée sur la survivante visant à atténuer la stigmatisation et à réparer le tissu social devrait donc infuser tous les efforts de reconstruction et de relèvement post-conflictuel par le biais de la Résolution 2467. Avec l’approche axée sur la survivante, les femmes sont assurées de recevoir une grande partie de l’aide dont elles ont besoin, ce qui permet de combattre la stigmatisation des survivantes de la violence sexuelle liées à la guerre et leurs enfants dans la société.

Cette journée offre une occasion de mettre l’emphase sur la nécessité d’une approche axée sur la survivante, ainsi que de diffuser la manière dont cette approche est mise en œuvre à travers le monde.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

I accept the Privacy Policy