COMMUNIQUÉ DU 8ÈME SOMMET INTERNATIONAL DE LA FONDATION ARCELFA SOUS LE THÈME « LE RÔLE DES FEMMES AFRICAINES DANS LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

COMMUNIQUÉ DU 8ÈME SOMMET INTERNATIONAL DE LA FONDATION ARCELFA SOUS LE THÈME « LE RÔLE DES FEMMES AFRICAINES DANS LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE »

PRÉAMBULE

La Fondation ARCELFA (Association pour le renforcement des capacités économiques et du leadership des femmes africaines) a tenu son 8ème sommet international sous le thème: «Paix et développement durable: le rôle des femmes africaines» du 1er au 3 novembre 2018 à Safari Court, Windhoek, la capitale namibienne. Plus de 150 participants de 31 pays africains ont assisté au sommet.

Le Sommet a été honoré par le Président fondateur de la Namibie, Son Excellence, Dr Sam Nujoma; la Première ministre de la Namibie, Son Excellence Docteure Saara Kuugongelwa-Amadhila, accompagnée des autres ministres et la Secrétaire générale de la mouvance politique SWAPO en Namibie, Mme Sophia Shaningwa; l’ancien président de la République-Unie de Tanzanie, S.E. M. Jakaya Mrisho Kikwete; l’ancienne Première Dame de la Namibie, Son Excellence Madame Penehupifo Pohamba; les ministres en exercice de différents pays africains ont aussi été présents. Des membres du corps diplomatique en Namibie, des intervenants et représentants de diverses disciplines ainsi que des ONG ont également répondu présent au sommet. Des chercheurs, des professionnels de la presse, des chefs traditionnels, des chefs religieux, des représentants de la jeunesse africaine et des femmes de toutes les couches sociales ont également participé. L’ouverture du sommet a été officiellement déclaré par le père fondateur et ancien président de la Namibie, Son Excellence Dr Sam Nujoma.

Cheryl Hendricks, directrice exécutive du Conseil de la recherche en sciences humaines de l’Institut africain de l’Afrique du Sud, a prononcé le discours liminaire en présentant des statistiques montrant que les résultats de la résolution 1325 des Nations Unies n’ont pas été largement atteints au niveau de l’Afrique.

Sous-thèmes
Il y a eu sept groupes de discussions qui se sont réunis autour des sous-thèmes suivants:
• Groupe 1: Adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la paix, les femmes et la sécurité.
• Groupe 2: Maintien de la paix et le bâti de la nation.
• Groupe 3: Le rôle des leaders traditionnels / religieux dans la paix et le développement durable en Afrique.
• Groupe 4: Le rôle de la presse dans la gestion de paix, la négociation et la transformation.
• Groupe 5: La traite des femmes et des enfants: effets socio-économiques et effets dévastateurs en Afrique.
• Groupe 6: Les effets des conflits ethno-religieux sur les femmes et les enfants en Afrique.
• Groupe7: Le rôle des jeunes dans la transformation et la médiation des conflits, y compris le développement national.

ANALYSES

Au cours des délibérations de trois jours, le sommet a:

i. noté avec inquiétude la réduction au niveau de la domestication de la Résolution 1325 des Nations Unies en Afrique;

ii. il a exprimé son inquiétude face à la prolifération des conflits en Afrique;

iii. il a souligné la pauvreté comme cause majeure de conflit en Afrique;

iv. il a noté la participation restreinte des filles et des femmes aux forces armées et aux missions de maintien de paix des pays africains;

v. il a noté la sous-utilisation et la sous-représentation des femmes dans les processus de prise de décision en Afrique;

vi. il a souligné le manque d’information et de sensibilisation des femmes africaines des zones rurales dans leurs rôles de médiatrices pour la paix et de droits fondamentaux;

vii. il a compati avec le peuple du Sahara occidental en raison de leur situation tragique depuis quarante ans, en l’occurrence des femmes et des enfants, qui subissent des violations des droits de l’homme sous le joug colonialiste du Maroc avec le soutien furtif des organisations régionales et de grandes puissances comme la France;

viii. il a noté le caractère indispensable de la jeunesse africaine dans la prévention, la gestion et le développement durable des conflits et a déploré le taux faible d’éducation et d’emploi des jeunes;

ix. il a noté le manque de liberté totale de la presse en Afrique et a félicité la Namibie pour sa démarche en ce sens;

X. il a noté les rôles importants des chefs religieux et traditionnels dans la gestion des conflits, y compris le développement durable de la nation.

RÉSOLUTIONS

Au terme des délibérations, le sommet s’est résolu comme suit:

1 il est nécessaire de repenser les stratégies et de renforcer les capacités des femmes à la base en vue de la mise en œuvre de la résolution 1325 des Nations Unies en Afrique;

2 il faut que les gouvernements africains se lancent dans le désarmement immédiat des zones déchirées par la guerre;

3 les présidents des pays africains doivent utiliser le potentiel humain des femmes pour la gestion des conflits ainsi que pour les processus de prise de décision sur le continent;

4 il faut que les filles soient encouragées et que leurs capacités soient renforcées afin de les préparer au recrutement dans les forces armées et les missions de maintien de paix en Afrique afin d’accroître leur participation et leur représentation;

5 les femmes dans la gouvernance et les différentes organisations ont besoin de la coopération et du réseautage entre elles pour permettre la réalisation de la paix et du développement durable sur le continent;

6 l’ONU, l’Union africaine et les gouvernements des pays africains doivent assurer de toute urgence la décolonisation du Sahara occidental et restaurer la dignité de son peuple tout en assurant une action urgente pour redresser la situation du Sahara Occidental de telle sorte que les camps de réfugiés soient rétablis et réhabilités conformément aux décisions de l’UA et aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies;

7 la fondation ARCELFA doit mobiliser 100 femmes leaders à travers l’Afrique et au-delà pour signer une pétition d’un million de femmes demandant aux Nations Unies de faire respecter les droits de l’homme au Sahara Occidental. La pétition sera soumise à la Commission de l’Union africaine, l’Union européenne et la Commission des droits de l’homme des Nations Unies à Genève;

8 les Africains aux niveaux individuel et collectif doivent encourager la prise de conscience politique et le partenariat ainsi que la mobilisation en faveur de l’engagement politique et le renforcement des femmes en tant que promotrices de la paix. À cette fin, le potentiel humain des femmes doit être utilisé judicieusement.

9 la jeunesse africaine doit être éduquée, embauchée et sensibilisée pour participer de manière significative et positive au gouvernement et au développement durable;

10 les États membres africains des Nations Unies doivent avoir une culture de paix, notamment à travers la réduction de la pauvreté et l’autonomisation d’un plus grand nombre de femmes africaines;

11 si le continent veut jouir d’une coexistence pacifique et d’un développement durable, la liberté de presse doit être ancrée en Afrique;

12 les chefs traditionnels et religieux doivent être résolument engagés dans les processus de gestion des conflits à tous les niveaux en Afrique;

CONCLUSION

Le Sommet a été déclaré clos par la Première ministre de la République de Namibie, Son Excellence Saara Kuugongelwa-Amadhila, qui a exhorté la fondation ARCELFA de continuer avec son engagement en faveur de l’autonomisation des femmes, la consolidation de la paix et du développement durable en Afrique. Le Sommet a culminé avec la 8e édition du grand dîner/remise de prix d’ARCELFA, tenu dans l’objectif de reconnaître et célébrer 20 femmes et hommes africains ayant contribué à l’émancipation de la femme africaine. Parmi les lauréats figurent Son Excellence Madame Pohamba et Son Excellence le Président Kikwete, premier Chef d’État africain à nommer plus de 50% des femmes aux postes de décision, y compris son cabinet. Ils ont été respectivement décernés comme Grande Matrone et Patron d’ARCELFA. Acceptant le prix au nom des lauréats, le président Kikwete a réaffirmé son engagement envers ARCELFA. Le 9ème sommet de paix de la Fondation ARCELFA est prévu en novembre 2019 à Juba, au Soudan du Sud.

Windhoek, le 3 novembre, 2018.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *