ALLOCUTION DE BIENVENUE PRONONCEE PAR LE DR. (OTUNBA) BASIRAT NAHIBI, FONDATRICE / PRESIDENTE DE L’ARCELFA LORS DU 8EME SOMMET INTERNATIONAL SUR « LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE : LE ROLE DES FEMMES AFRICAINES», 1ER – 3E NOVEMBRE 2018, A L’HOTEL SAFARI COURT,

ALLOCUTION DE BIENVENUE PRONONCEE PAR LE DR. (OTUNBA) BASIRAT NAHIBI, FONDATRICE / PRESIDENTE DE L’ARCELFA LORS DU 8EME SOMMET INTERNATIONAL SUR « LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE : LE ROLE DES FEMMES AFRICAINES», 1ER – 3E NOVEMBRE 2018, A L’HOTEL SAFARI COURT,

WINDHOEK, NAMIBIE

Au nom du conseil d’administration et de tous les membres de l’ARCELFA, permettez-moi de souhaiter la bienvenue aux invités distingués et aux participants du 8ème Sommet International de l’ARCELFA sur « LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE : LE ROLE DES FEMMES AFRICAINES ».

 

Pour commencer ce discours, j’aimerais bien adresser mes profonds remerciements au Président de la République namibienne, Son Excellence le Dr Hage Geingob, de nous avoir ouvert la porte de ce beau pays ainsi que ses efforts indispensables vers le succès de ce sommet.

Permettez-moi d’accorder mes sincères remerciements à Madame le Premier Ministre de la Namibie, Son Excellence Madame Saara Kuugongelwa; au Ministre d’Egalité des Sexes et de la Protection des enfants, Hon Doreen Siyoka ; Ministre de la Défense, Hon Penda Ndakolo aussi bien qu’au Ministre des Relations Internationales et Coopération, Hon Netumbo Nandi Ndaithwa.

Aussi, je tiens à remercier énormément l’ancien Président de la Tanzanie, Son Excellence, le Dr Jakaya Msrisho Kikwete et l’ancienne Première Dame de la Namibie, Son Excellence, Madame Penehupifo Pohamba, qui sont le Grand Patron et la Grande Dame d’Honneur de l’ARCELFA, particulièrement pour leur intérêt aux affaires de l’ARCELFA et à l’autonomisation de la femme africaine en général.

Il y aurait une grande erreur de ma part si je ne reconnais pas l’hospitalité du bon peuple de la Namibie, particulièrement de la gente féminine qui a eu le temps en dépit de son horaire chargé d’assister à cet événement important.

Cette grande assemblée n’est pas seulement un rassemblement de remarquables ambassadrices et ambassadeurs de la paix et d’illustres défenseurs et défenseuses de la cause des femmes, mais elle témoigne également du désir inébranlable et ardent des femmes africaines qui continuent à apporter leur contribution précieuse et significative à la création et à la consolidation de la paix et de la stabilité en Afrique.

Jusqu’à l’heure actuelle, les rôles uniques et positifs que jouent les femmes africaines dans la promotion de la paix et de l’harmonie dans la coexistence intercommunautaire, étaient largement ignorés, et le plus souvent oubliés, sans motif.

La brève histoire de l’ARCELFA témoigne de son courage. Ayant peu de mains, de ressources amaigries et d’une détermination pure comme capitale commune, l’ARCELFA, dès son commencement, a décidé de se lancer dans les missions humanitaires de la consolidation de la paix. Au début, c’était vraiment très difficiles. Beaucoup d’entre nos collègues qui ne pouvaient pas se mesurer aux défis ont inévitablement pris la fuite. Certaines autres, bien que pleins d’enthousiasme, ont perdu la vie aux mains froides de la mort. Pourtant, un bon nombre de personnes ont persévéré et ont maintenu le cap de manière impressionnante et ont remarquablement survécu à la route glissante qui mène au succès.

 

C’est avec des douleurs insupportables dans mon cœur que j’accorde la vérité véridique du développement en Afrique qui est freiné depuis trop longtemps par des troubles et des conflits. Il va sans dire qu’aucune nation ne connaît un développement significatif dans un état de crise permanente. Un continent qui s’est enfoncé dans des crises communautaires et des dirigeants en dépit de ses ressources humaines et naturelles abondantes peut difficilement supporter les conséquences néfastes des agitations sociales généralisées, ce qui fait que la coexistence de la paix devient un mirage.

 

Du Rwanda au Burundi, jusqu’au Libéria, en passant par la Sierra Leone, la République centrafricaine, la RDC, le Soudan, le Sud-Soudan, la Libye, le Cameroun et tous les autres pays africains où des agitations sociales ont éclaté ; les femmes et les enfants étaient les plus durement touchés. Cependant, les femmes participent activement à la paix et à la gestion des conflits. C’est un fait de notre vie sociale contemporaine que, de nombreux pays en détresse et ravagés par la guerre, ont passé d’un état de chaos et d’instabilité à un état de paix grâce aux contributions des femmes.

La participation des femmes à la paix et à la transformation des conflits en Afrique ne devrait pas être exagérée. Les rôles importants joués par les femmes pendant et après les conflits dans des pays africains continuent à apporter de soulagement aux personnes touchées par les crises. Sauver des vies pendant et après la guerre est lié à la poursuite de la coexistence de la paix des parties en guerre, au rétablissement et à la réparation des victimes de la guerre, et à la reconstruction de l’économie, font partie des plus grands défis auxquels le monde est confronté partout où la guerre a été vécue sur le continent. Lorsque nous reconnaissons que les femmes impliquées dans l’instauration de la PAIX en Afrique sont confrontées à un grand défi, nous allons commencer à soutenir leur ténacité de toutes les manières possibles.

Dans les circonstances où l’Afrique se trouve, les femmes ne peuvent que continuer à tout donner, maintenant et à l’avenir, pour faire en sorte que nous réussissions ensemble à ouvrir l’avènement de la paix, de la prospérité et du développement durable à travers notre continent.

Aux nombreuses missions de paix de l’ARCELFA à travers l’Afrique, l’autonomisation des femmes et des veuves, y compris l’autonomisation de 200 veuves prévue pour aujourd’hui s’ajoute le geste de l’ARCELFA d’ouvrir en janvier 2019 son siège continental à Abuja et cinq bureaux régionaux autour de l’Afrique.

Les bureaux se situeront à :

L’Afrique de l’Ouest – Dakar, Sénégal

L’Afrique de l’Est – Nairobi, Kenya

L’Afrique Centrale – Yaoundé, Cameroun

L’Afrique du Sud – Windhoek, Namibie

L’Afrique du Nord – Alger, Algérie

En plus, nous visons à établir des hôpitaux spécialisés pour les femmes et les enfants ainsi que des centres de formation professionnelle dans les 52 pays où se situe l’ARCELFA.  J’ai l’honneur de vous informer que la TV/Radio ARCELFA pour les femmes a obtenu le permis de transmission. Nous avons aussi revalidé notre certificat d’incorporation pour incorporer les buts qui n’ont pas figuré dans notre documentation au commencement en 2004.

La TV/Radio ARCELFA pour les femmes qui donnera la voix aux femmes sans voix et transmettra les enjeux de divers aspects de la vie des femmes en Afrique et au-delà siègera à Abuja, au Nigeria. Elle commencera les émissions dans le troisième trimestre de l’année 2019 avec 20 correspondants dans les villes suivantes :

  • Abuja – Nigeria
  • Lagos – Nigeria
  • Dakar – Sénégal
  • Nairobi – Kenya
  • Addis Abéba – Ethiopie
  • Pretoria – Afrique du Sud
  • Caire – Egypte
  • Alger – Algérie
  • Yaoundé – Cameroun
  • New York – Etats Unis
  • Washington DC – Etats Unis
  • Beijing – Chine
  • Moscow – Russie
  • Bruxelles – Belgique
  • Londres – Royaume Uni
  • Ottawa – Canada
  • Montréal – Canada
  • Berlin – Allemagne
  • Téhéran – Iran
  • Dubaï – UAE

Permettez-moi de reconnaître le soutien de mon président, Son Excellence, Monsieur Muhammadu Buhari, GCFR, dont le mandat a favorisé l’agrandissement de l‘ARCELFA, aussi bien que le soutien que nous ont accordé les Ministères des Affaires des Femmes et Etrangères du Nigeria.

Comme nous avons hâte d’accomplir sans échec ces projets louables, nous encourageons nos membres de ne pas se laisser décourager, mais, pourtant, de se consacrer à la poursuite de notre mandat, surtout dans l’aspect de l’autonomisation des femmes africaines.

Permettez-moi de saluer votre courage, votre résilience, votre engagement et votre concentration indomptables, tout en saisissant l’occasion offerte par ce rare forum de réaffirmer la ferme détermination de l’ARCELFA à la défense de la PAIX mondiale.

En guise de conclusion, je vous remercie tous et toutes sincèrement d’avoir eu le temps, en dépit de vos horaires très chargés, d’assister au 8ème Sommet International de l’ARCELFA ; J’espère que les débats porteront beaucoup sur la paix et sur le développement durable à notre continent et au-delà.

Invités distingués, chers participants ; permettez-moi, avant de conclure, de saluer la résilience de chaque femme qui, par ses efforts individuels ou collectifs, en particulier par le biais d’organisations non-gouvernementales (ONG), travaille sans cesse et de manière désintéressée ayant recours aux mécanismes acceptables de transformation des conflits, pour assurer le retour de la paix à tous les pays africains où des conflits existaient ou existent toujours.

Nous les membres de l’ARCELFA n’allons pas nous reposer sur nos rames, plutôt, nous continuerions à faciliter tout effort et ressource pour établir et consolider un véritable partenariat avec tous les individus et groupes qui partagent nos buts et objectifs visant principalement à réaliser le commencement de la paix et de la stabilité en Afrique. MERCI ET QUE DIEU VOUS BENISSE.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *