Bienvenue Presentees Au Sommet Des Femmes Dans La Gouvernance Du Dr Basirat Nahibi Founder / President De WAELE / ARCELFA Le 27 Octobre 2006, At International Conference Center, Abuja

Protocoles

C’est pour moi un grand plaisir de vous accueillir tous à ce Sommet, qui est destiné à la poutre Searchlight mérité sur la manière dont les pays peuvent utiliser les immenses capacités, la passion, l’intelligence et l’engagement de la femme nigérienne dans la construction de la nation. L’organisation de ce sommet ne peut pas venir à un meilleur moment parce que nous Mars vers les élections de 2007, il est impératif que la femme nigériane offre de service elle-même et que la nation doit l’encourager à le faire.

Un rapide regard sur notre environnement politique actuel montre que les femmes nigérianes, n’ont pas été traités de façon équitable en dépit de leur dur labeur, l’engagement et le soutien à l’édification de la nation. Le scénario montre encore le rôle dominant des hommes dans des postes d’autorité, dans un pays où la majorité sont des femmes. Le langage politique au Nigeria est de sexe masculin. La politique telle qu’elle existe actuellement dans notre Nation n’a pas été favorable aux femmes, l’ordre du jour est de sexe masculin, même les heures de séance reflète le calendrier des hommes plutôt que les femmes. En dépit de femmes ayant fait des routes dans les domaines traditionnels des hommes, la question reste, pourquoi ne sont pas là plus de femmes en politique? Plus précisément, pourquoi ne sont pas là les femmes élues leaders? existe-t-il quelque chose de mal avec les femmes? Les statistiques des femmes élues dans les différents bureaux du gouvernement local conseils au niveau national montre clairement que les femmes nigérianes ont besoin d’être davantage impliqués dans la politique.

Il n’est plus d’actualité que de nombreuses femmes qualifiées qui ont manifesté un intérêt à contester pour certains postes électifs ont connu intimidation brutale et souvent truquées, de préférence à des hommes non qualifiés concurrents.

Il en est ainsi, parce que plus souvent, les hommes constituent un pourcentage plus élevé de parti et cela affecte les femmes quand il s’agit de la sélection ou de nomination des candidats pour les élections. Puisque les hommes sont majoritaires dans la direction des partis politiques, ils tendent à dominer la hiérarchie du Parti et, par conséquent, influencer les orientations politiques du Parti.

Les femmes représentent un pourcentage moins élevé de partis politiques en raison de leadership social, culturel et religieux de différentes sociétés nigérianes, qui le plus souvent tendance à reléguer les femmes à l’arrière-plan. En conséquence, très peu d’hommes, même parmi les femmes instruites de leur permettre de participer à la politique. Un autre problème auquel sont confrontées les femmes est le manque d’une éducation adéquate. Les femmes constituent un pourcentage plus important des groupes analphabètes. Cela pourrait être attribuable au fait que la plupart des parents préfèrent envoyer leurs fils à l’école tout en fermant la porte de cette même occasion de façon permanente à leurs filles.

Le manque de financement est un autre obstacle crucial affectant les femmes politiques. Un grand nombre de femmes nigérianes ne sont pas aussi solides financièrement que leurs homologues masculins. La question de la sécurité est un autre problème qui militent contre les femmes politiques candidats qui nous voulons de l’Inspecteur général de la police d’examiner d’urgence.

Les femmes jouissent certainement donnée par Dieu notre rôle en tant que mères et tout ce que nous demandons, à ce stade, est une autre possibilité pour la mère, nourrir et à l’arrière de la nation ainsi. À ce carrefour, nous devons féliciter notre illustre Président Son Excellence, M. Olusegun Obasanjo et d’autres gouverneurs des États de l’exécutif en particulier les gouverneurs des Ogun, Osun et d’Anambra États. Pour nos 46 années en tant que nation indépendante, les femmes n’ont jamais connu une si bonne politique. Pour la première fois, les femmes sont les principaux secteurs essentiels de la finance, de l’éducation, les affaires étrangères, la bourse, la NAFDAC et de vice-gouverneurs dans les trois (3) États énumérés ci-dessus. Toutes ces femmes ont effectué au-delà des attentes, ce que nous demandons, c’est d’avoir la chance d’en faire plus.

Nous sommes toujours de voir une consolidation de la lettre et l’esprit de la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes dont le Nigéria a signé et ratifié le 13 Juin 1985.

Nous remercions les partis politiques pour faire des formulaires de mise en candidature libre pour les femmes, mais ils doivent faire plus, ils sont à réserver au moins 30% des postes électifs aux femmes de contester. Ce faisant, plus de femmes seront élues. C’est ce qui s’est passé en Afrique du Sud et la Tanzanie qui est déjà copié par Yobe gouverneur d’État qui a bien voulu réserver trois gouvernements locaux et d’un siège de sénateur à être contestée par les femmes que dans son parti.

Je suis convaincu que les perspectives d’avenir des femmes dans la politique nigériane sont claires, si seulement nos dirigeants peut émuler le Président Obasanjo et le gouverneur de l’état de Yobe. Les femmes nigérianes se sont avérés être plus qu’un simple banc de chauffe dans les domaines de même difficile professions dominées par les hommes, comme ce pourrait être étayée par des événements dans le Nigeria médicaux, associations de génie et de l’Institut des comptables agréés qui ont tous été conduits ces derniers temps par des femmes présidents.

Comme nous nous dirigeons vers des élections de 2007, je voudrais à ce stade, d’utiliser cette occasion pour inviter les femmes élites, en particulier les femmes riches d’entre nous de participer pleinement et activement à la politique de sponsoring et les campagnes de soutien aux femmes plutôt que les candidats se plaignent de la mauvaise direction après l’élection. Les femmes nigérianes sont priés de s’inscrire en masse au cours de l’enregistrement des électeurs, parce que notre carte d’enregistrement est de notre pouvoir de négociation. Nous voulons aussi assurer à nos maris, nos frères, nos pères, que ce sommet n’est pas une croisade contre eux, mais un plan d’action de notre part. Nous sentons la douleur qu’ils ressentent qu’ils bataille de la nation de se déplacer en avant et tout ce que nous demandons, c’est pour eux de collaborer avec nous, pour nous, vous aider à prendre soin d’un second qui va réduire le fardeau qui pèse sur vous et dans le processus de lever notre grande nation à une plus grande hauteur.

Les femmes ont décidé, dans plusieurs pays comme la Grande-Bretagne, au Pakistan, en Indonésie et en Inde. Actuellement, en Gambie, en Afrique du Sud, au Mozambique, au Burundi et au Zimbabwe, les femmes sont vice-présidents, tandis que notre frère Son Excellence Mme Ellen Johnson Sirleaf a fait un excellent travail en tant que président du Libéria.

Grande femmes du Nigéria, de l’ère de claquements de mains et de la danse est finie. Soyons conscients du fait que le numéro un de la position du président de celle du chef de service, (ce qui est de: huit postes) aucun n’est une femme. Notre pays comme un phare sur le continent ne doit pas être à la traîne. Le moment est venu et le moment est venu pour nous d’avoir une femme à la présidence, 10 gouverneurs des femmes, une femme sénateur de chaque Etat de la fédération, 30% des maisons de l’État fédéral et des assemblées et non pas moins que les présidents des collectivités locales et des conseillers. Quand une femelle ne peut pas obtenir la nomination du candidat à la vice-candidate doit être une Femme.

Laissez les femmes de notre première circonscription. Permettez-nous de forger notre politique, culturelle, ethnique et religieuse des plates-formes pour créer des synergies significatives pour l’ensemble du progrès et du développement de notre chère patrie. Laissez-nous mobiliser et de déployer la richesse de notre diversité socio-politique à la lumière de notre force numérique de mars en équipe en vue de la réalisation de nos nobles objectifs et des objectifs politiques.

Enfin, n’oublions pas que nous sommes unis, nous avons divisé l’automne.
Au nom des membres de la promotion des femmes pour l’autonomisation économique et de leadership en Afrique WAELE / ARCELFA, et toutes les autres ONG qui se rassemblent pour soutenir et d’organiser ce sommet, je vous souhaite la bienvenue et je vous souhaite une fructueuse discussion.

Merci et que Dieu vous bénisse.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

I accept the Privacy Policy