2EME CONFERENCE CONTINENTALE DE L’ASSOCIATION DE RENFORCEMENT ECONOMIQUE ET LE LEADERSHIP DES FEMMES AFRICAINES (WAELE/ARCELFA) PORTANT SUR LA FEMME AFRICAINE DANS LE MONDE CONTEMPORAIN

 

          THÈME: QUESTIONS DE DÉVELOPPEMENT POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE 

                   

   Communiqué

  

LIEU: COMMISSION DE LA CEDEAO, ASOKORO, ABUJA, NIGERIA. 

                  DATES: 11 – 13 JUILLET 2005

 

Lors de la cérémonie d’ouverture, cinq communications ont été présentées ainsi que des messages de bonne volonté de certains participants coordinateurs. Lors de la séance plénière du premier jour, six communications ont été présentées. Quatre articles ont été présentés le deuxième jour. Au terme de la deuxième journée, les participants ont été répartis en quatre groupes. Ils sont censés délibérer le dernier jour (le troisième) sur quatre des présentations faites pendant les deux premiers jours. Une rencontre de 28 pays participants.

 

Les séances de groupe du troisième jour ont porté sur les thèmes suivants:

Tous les groupes ont délibéré sur le discours liminaire présenté par l’honorable. Ambassadeur Gertrude I. Mongella, M.P., Président du Parlement africain, Afrique du Sud.

THÈME DU GROUPE UN:

Rôle du gouvernement pour attirer le soutien et encourager les femmes entrepreneurs.

THÈME DU GROUPE DEUX:

Paix, résolution des conflits et développement durable en Afrique.

THÈME DU GROUPE TROIS:

Autonomisation des femmes en Afrique: défis et opportunités.

THÈME DU GROUPE QUATRE:

Mortalité et morbidité maternelles.

A l’issue des délibérations des quatre groupes, la conférence a proposé l’ordre du jour suivant pour un plan d’action, avec lequel les différentes affiliations nationales, régionales et locales de WAELE / ARCELFA coordonneront des efforts concertés visant à promouvoir l’autonomisation économique et politique de la femme africaine, en exploitant les divers programmes de renforcement des capacités disponibles au niveau local et international, l’accès des femmes aux facilités de prêt et de crédit, la mobilisation adéquate, les foires commerciales, les activités des partis politiques et industriels:

AGENDA POUR LE DÉVELOPPEMENT POLITIQUE ET ÉDUCATIF:

Les membres de WAELE/ARCELFA devraient utiliser tous les moyens à leur disposition pour mobiliser les femmes dans leurs différentes localités sur le besoin urgent d’examiner et se battre pour des opportunités de leadership dans leurs divers mandants tripartites (locaux, étatiques et fédéraux) à travers leurs différents pays;

Ils devraient techniquement faire pression sur leurs différents gouvernements pour veiller à ce que les différents systèmes éducatifs des différents pays d’Afrique, qui ne favorisent pas l’égalité entre les sexes dans les établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur soient revus de façon urgente afin de garantir l’égalité des chances aux garçons, filles, hommes et femmes dans les admissions scolaires, et les bourses d’études;

L’éducation des femmes devrait être axée sur la libération mentale, intellectuelle, économique et politique;

Les femmes devraient s’employer à remplacer toutes les politiques de réduction de la pauvreté dans les législatures de leurs différents pays par une politique de création de richesses garantissant l’égalité des sexes;

Les femmes en politique devraient veiller à ce que les législations de leurs différents pays qui enfreignent les droits fondamentaux des femmes soient abrogées et remplacées par celles qui favorisent les femmes, car elles constituent la majorité dans chaque régime politique;

Les femmes doivent lutter collectivement contre l’actuel climat de la mondialisation, et l’apartheid;

Les membres politiques devraient veiller à ce que leurs différents gouvernements élaborent des politiques visant à encourager les programmes sectoriels et nationaux à mieux reconnaître et impliquer efficacement les femmes en tant que partenaires égaux, décideurs et bénéficiaires dans l’avenir de tous leurs enfants.

Les femmes au pouvoir devraient s’efforcer à recruter des femmes assistantes telles que des assistants personnels, des assistants spéciaux et des membres du conseil d’administration, au lieu de s’entourer uniquement des hommes;

 

Les femmes devraient toujours parler d’une seule voix sur les questions concernant les législations, les droits fondamentaux de la personne, les lois nationales, la religion, l’économie et le leadership;

Les femmes devraient se mobiliser et mobiliser des votes pour les femmes politiques réputées dans leurs différentes localités et s’assurer qu’elles remportent leurs élections;

Les femmes doivent veiller à ce qu’elles ne soient pas soumises aux négociations impromptues au pouvoir par les hommes. Toutes les positions devraient être négociées de manière logique et les conditions favorables requises devraient être convenues d’un commun accord par tous les hommes et toutes les femmes concernés;

Les membres devraient se concerter avec le secrétariat à Abuja pour organiser des séminaires et des ateliers locaux à l’intention de toutes les femmes de leur groupe souhaitant participer aux élections. Ces événements devraient faire en sorte que des politiques soient mises en place pour éviter d’imposer des frais aux candidates féminines;

Les femmes doivent cesser de se considérer inférieures aux hommes, elles ne doivent pas se laisser intimider ou réduire au silence par les petits incitations des hommes qui leur feront concéder leurs droits politiques et éducatifs aux hommes;

Les gouvernements devraient fournir une éducation gratuite aux filles et aux femmes adultes défavorisées;

Les femmes devraient participer activement à la lutte globale contre la corruption, l’abus de drogues, les crimes de violence contre les femmes et le terrorisme.

AGENDA POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SANITAIRE:

Les différents coordinateurs de WAELE/ARCELFA devraient rentrer chez eux et obtenir une liste des femmes ayant besoin d’interventions spécifiques dans leurs différents sites, et les transmettre au secrétariat de WAELE/ARCELFA à Abuja, au Nigéria pour une action immédiate.

Les divers coordinateurs devraient veiller à ce que leurs membres sollicitent et bénéficient de manière appropriée des diverses facilités de santé, de renforcement des capacités, de prêt/crédit et des autres programmes d’autonomisation économique, à l’échelle locale et internationale. Ils devraient communiquer en permanence avec le secrétariat d’Abuja sur ces questions;

Les différents gouvernements en Afrique devraient formuler et mettre en œuvre des politiques qui garantiront et renforceront la participation des femmes à l’esprit d’entreprise;

Les membres devraient faire pression sur leurs différents gouvernements pour qu’ils fournissent l’infrastructure adéquate nécessaire à la productivité maximale des femmes;

Les femmes en politique devraient faire en sorte que leurs différents gouvernements créent des agences qui aideront à former, surveiller, réglementer et rendre des services de conseil gratuits aux femmes chefs d’entreprise. Cela stimulera le développement durable et les diverses économies des pays africains;

Il faudrait intensifier les campagnes d’alphabétisation des filles et des femmes adultes à la base, de sorte que chaque femme ait accès à une éducation formelle, à l’informatique et l’information contemporaine, à savoir l’enseignement extraordinaire;

Les femmes devraient constituer des groupes de coopération commerciale qui leur permettront d’être éligibles aux facilités de microcrédit locales et internationales;

Les femmes devraient être formées aux compétences entrepreneuriales qui leur permettront d’acquérir de bonnes compétences en gestion d’entreprise;

Les groupes de femmes et les coopératives devraient veiller à participer aux foires commerciales locales et internationales qui stimuleront l’économie de leurs différents pays;

Plus de centres de formation professionnelle devraient être créés pour les femmes de la base;

Les femmes devraient veiller à ce que l’éducation complète en matière de santé reproductive et de planning familial soit inscrite dans les programmes des établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur de leurs pays, des États et des Conseils de gouvernements locaux;

Les gouvernements devraient empêcher la fourniture de services de santé génésique médiocres en légiférant contre le charlatanisme gynécologique traditionnel et orthodoxe;

Les gouvernements devraient assurer un suivi et une évaluation rigoureux du système de santé afin que les femmes soient incluses dans l’équipe de surveillance;

Les gouvernements devraient veiller à ce que toutes les femmes en âge de procréer aient accès à des services de santé prénatals gratuits;

Les chefs religieux et traditionnels devraient être impliqués dans l’atelier de sensibilisation et de mobilisation sur la santé reproductive et d’autres questions concernant les femmes;

Le gouvernement devrait réformer la loi sur l’avortement pour inclure des cas de viol, d’inceste et d’autres conditions médicales graves pour un service d’avortement sécurisé.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *